3.9 | Opportuniste

Temps de lecture : 1 minute

Cela me retourne, me retarde.
La lourdeur de mes ambitions, surtout celles que je bombarde.

Je dessine ma silhouette, étends le contenu de mon armoire.
Je pousse des altères, ingères des protéines, suis-je enfin l’attraction de cette foire ?

Tout me heurte, quand bien même je l’encaisserai.
Si je prends ma place au fond d’un siège, il est probable que je l’userai.

Je disculpe mes actes par des mots, hurle qu’ils m’ont détruit.
À le répéter suffisamment, les insultes de mon lexique ont cessé d’occasionner du bruit.

Je capitalise une cause perdue, m’endette pour un cheval de course.
Je grappe le frein de ma subtilité, peut-être que bientôt, j’investirais en bourse.

Fabuleusement mythomane, empiriquement opportuniste.
J’achèterais la plus coûteuse de vos échelles, pour grimper sur mes prétentions d’élitiste.

Je suis doué pour fabuler, qualifiable comme incapable.
J’accroche une montre à mon poignet, n’étais-je pas quelqu’un d’aimable ?

Je consolide ma carapace, délicatement, j’irai la fracturer.
J’explose en bouts microscopiques, calcinés par des pigments saturés.

Si je suis né pour fleurir, ai-je fleuri à en faner ?
Je le confesse, je plaide toujours candide, cela m’amuse de m’en dédouaner.

Je gravirai des hauteurs, simplement pour me brûler les ailes.
J’offenserai quiconque pour matérialiser une main dans ma grande gueule, afin que n’importe qui s’emmêle.

J’amorcerai un exploit professionnel, celui d’appauvrir mes bénéfices.
J’éreinterai cette avidité pour du sensationnel, cette aménité qui me bousculera jusqu’au précipice.

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videMDSH Store