3.4 | Ouvrez-moi

Temps de lecture : 1 minute

Par obligation, j’ai enfilé des gants afin de me dégoter un métier.
Ce n’est pas vraiment que ça m’enchante, néanmoins, qui trouve un boulot par occupation ? Pour se sentir entier.

Périodiquement je m’investis, je fais semblant.
Adolescent je rêvais d’amour, dorénavant, je capture la rapidité des changements.

J’étoffe ma garde de robe, m’apprête à me vieillir.
Je ne dispose d’aucuns bagages lorsqu’il s’agit de travailler, toutefois, je possède la faculté d’embellir.

Je laisse pousser mes cheveux, les accordent à mes modifications.
Je m’anime à peaufiner mon CV, enjolivé par ses lettres de motivations.

Je décroche mon premier job, obtiens la réponse un jour de pluie.
Je débute mon cursus, tire des conclusions, pourtant, je demeure naïf, presque ébloui.

J’apprends mon argumentaire, m’applique à vendre des produits.
Mon employeur infuse ses techniques marketings, délimite les frontières de l’acceptable, il s’en réjouit.

J’apprivoise mes collègues, toque à des centaines de portes.
Autrefois elles ne servaient que d’images, désormais, elles me révulsent, elles m’insupportent.

Bien le bonjour, votre attitude est détestable, mon intrusion l’est autant.
Je vous aurais à l’usure, je m’efforce de sourire, je déballe la panoplie du gentil commerçant.

Ouvrez-moi, ce que je vous propose est une arnaque, promue de nombreuses bigoteries.
Mon patron détient une entreprise douteuse, en immerge son incontestable escroquerie.

Il se fait démasquer, je m’en vais aussitôt.
Je ne veux plus jamais toquer à la moindre porte, m’abaisser à ce genre de niveau.

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videMDSH Store