3.1 | Une bulle

Temps de lecture : 1 minute

Je refuse catégoriquement d’enfiler un jean, de me raser.
J’abjure la totalité de mes problèmes, je laisse ma fureur s’embraser.

Je n’ai pas le moral, je m’enroule dans une couette.
Je me concentre sur tes beaux yeux, je vais planer encore un peu, pourvu que ça t’embête.

La vie en rose, n’est-ce pas ce que tu m’avais promis ?
Successivement nos souvenirs me démantèlent, c’est une chronologie que je revisite, sans compromis.

Mangeons n’importe quoi, épiloguons sur combien l’humain est immonde.
Mettre en attente ce qui n’est pas, j’ai certainement besoin de quelques secondes.

Je ne souhaite pas déballer ta véracité, me la mettre en pleine face.
J’ai passé tellement d’heures à m’emballer, puis-je me contenter de la surface ?

Dehors, la météo me réconforte, je suis aigri.
Il fait si sombre en cette période, c’est si morose à l’extérieur, il fait tout gris.

T’accouderais-tu à mes troubles obsessionnels ?
Ton essence est bien abîmée, la mienne n’est plus rationnelle.
Concevons un combo diligent afin de s’entraider, une formule gravitationnelle.

Assoiffé par nos arguments, je les piétine afin de les empirer.
J’inverse la phase où nous tendons vers la limite, celle où nous avons déjà expiré.

Une bulle m’impacte, la fumée devient imperceptible.
Subitement évaporée, notre romance paraît risible.

Une paire de claques, un rappel à peine tangible.
Spontanément, ma bulle éclate… suis-je compréhensible ?

1 commentaire

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videMDSH Store