1.4 | Coûte que coûte

Temps de divertissement : 5 minutes

| 16 DÉCEMBRE 2024 – 20 : 45 |
| EROZ – REPÈRE DE SILVER. |

Comment réagir lorsque vous n’avez plus la possibilité de choisir ?
Lorsque vous n’avez qu’une seule option, celle de subir la chronologie des événements ?

Annabelle ouvre difficilement les yeux, ligotée à une chaise.
Elle se met à grogner, tandis qu’elle tente de s’acclimater à son mal de crâne.

La jolie brune regarde tantôt à sa gauche, tantôt à sa droite, pour découvrir que ses meilleures amies, Mélissa, Nathalie et Laetitia, sont-elles aussi, dans la même situation qu’elle.

Réalisant où elle se trouve, Anna se met à couiner :

ANNABELLE :
(D’une voix enrouée.)
« Encore ? »

Laetitia, qui avait repris connaissance depuis quelques minutes, regarde les alentours de la pièce.
Annabelle, qui réalise qu’elle n’est pas la seule personne éveillée, s’empresse de lui demander :

ANNABELLE :
(Elle s’éclaircit la voix.)
« Où est Lise ? »

LAETITIA :
(Elle méprise sévèrement son interlocutrice.)
« Je n’en sais rien. »

ANNABELLE :
(Désormais, elle s’attarde sur Nathalie et Mélissa.)
« Les filles ? »

LAETITIA :
(La jeune femme s’impatiente sur Annabelle.)
« J’ai essayé pendant un moment, elles sont inconscientes. »

ANNABELLE :
(Se mettant à crier.)
« Et je suis supposée le savoir comment ? »

LAETITIA :
(À son tour, elle hausse le ton.)
« Quand des gens sont kidnappés et drogués, généralement, ils ne ferment pas les yeux pour méditer.
Tu devrais le savoir, ce n’est pas ton premier rodéo avec ce sociopathe ! »

ANNABELLE :
(Médisante, elle rétorque.)
« Parce qu’il m’a déjà enlevé, cela signifie que je possède une carte de fidélité ?
Un code promo qui m’offre le retour à domicile ? 
Non, j’ai mieux… un remboursement pour toutes mes séances de psy ! »

LAETITIA :
(Elle détourne son regard, visiblement en colère contre Annabelle.)
« Comme à ton habitude, tu en fais trop. »

ANNABELLE :
(Se secouant davantage sur sa chaise.)
« Cela s’appelle avoir de la personnalité.
Tu aurais dû essayer, cela t’aurait rendu moins chiante aux yeux de William. »

LAETITIA :
(Désormais outrée, elle la fixe.)
« Si par personnalité, tu entends te taper les mecs de tes amies : en effet, tu as une personnalité débordante ! »

ANNABELLE :
(Elle serre ses dents et hurle en réponse.)
« Tu n’étais pas en couple avec lui ! »

MELISSA :
(Réveillée par le brouhaha, elle marmonne.)
« Vous pouvez arrêter ? »

LAETITIA :
(Soulagée d’entendre la voix de Mélissa.)
« Tu te sens comment ? »

MELISSA :
(Arrivant à peine à ouvrir les yeux, elle somnole encore.)
« Comme la pire gueule de bois de mon existence. »

ANNABELLE :
(Ne pouvant s’en empêcher.)
« Venant de Mélissa, ça en dit long… »

LAETITIA :
(Elle lance un énième regard noir à Annabelle.)
« Tu n’en manques pas une ! »

NATHALIE :
(S’éveillant à son tour.)
« Vous êtes vraiment insupportables toutes les deux. »

ANNABELLE :
(Elle s’exclame, soulagée.)
« Nathalie ! »

NATHALIE :
(Elle tente d’ignorer le mal être qu’elle éprouve.)
« Je ne suis pas sûre d’être encore vivante… »

LAETITIA :
(Elle continue de mépriser Annabelle.)
« Quand c’est Nath, bizarrement, tu n’es pas aussi médisante ! »

ANNABELLE :
(Elle refocalise son attention sur Laetitia, avant de déclarer, d’un air hautain.)
« Nathalie est aussi fragile que de la porcelaine.
La moindre remarque et elle s’effondrerait pour les dix prochains mois. »

NATHALIE :
(Elle s’indigne, puis s’exclame.)
« Je n’ai même pas assez d’énergie pour m’en soucier. »

LAETITIA :
(Elle roule ses yeux au ciel et affiche une mine de dégoût.)
« Je retire ma remarque…
Même avec elle, tu es définitivement un monstre. »

MELISSA :
(Elle se focalise sur les alentours.)
« Où sommes-nous ? »

NATHALIE :
(Elle bouge sa tête pour désigner les six moniteurs, sur le côté de la pièce.)
« Pourquoi il y a autant d’écrans ? »

ANNABELLE :
(Elle emploie un ton plus calme.)
« Nous sommes dans son bunker. »

LAETITIA :
(Elle s’affole légèrement.)
« Tu veux dire que nous sommes sous terre ? »

ANNABELLE :
(Lui aboyant dessus.)
« Connais-tu la définition d’un bunker ? »

MELISSA :
(Exténuée, elle engueule ses amies.)
« Fermez-là toutes les deux !
Nous sommes dans une situation horrible et tout ce que vous trouvez à faire, c’est vous attaquer ? Vous oubliez vraiment à qui on a affaire ?
C’est exactement ce qu’il attend de nous… »

Un silence s’installe et pèse sur le petit groupe.
Laetitia et Annabelle évitent soigneusement de se regarder, tandis que Nathalie continue de scruter les moniteurs.

LAETITIA :
(Elle finit par rompre le silence.)
« Vous pensez qu’il va nous… »

ANNABELLE :
(Elle la coupe.)
« Tuer ? Il ne prendrait pas la peine de nous réunir ici pour en finir… »

MELISSA :
(Elle répond, apeurée.)
« Que peut-il vouloir de plus ? »

ANNABELLE :
(D’un ton grave, elle rétorque.)
« Qu’on continue de jouer. »

NATHALIE :
(Soucieuse, elle demande à ses amies.)
« Et si nous refusons ? »

ANNABELLE :
(Elle marque une pause, puis ajoute.)
« Tu sais déjà ce qu’il se passe quand on refuse de suivre ses règles. »

NATHALIE :
(Elle baisse sa tête.)
« Je le sais, oui… »

D’un coup, une sonnerie retentit.
Des spots s’allument et éclairent les quatre chaises, alors que le reste de la pièce s’obscurcit.

Juste derrière les filles, des bruits de pas se font entendre, ce qui les plongent dans une stupeur quasi immédiate.

Annabelle, avale difficilement sa salive, réalisant que Silver s’approche de sa chaise.

SILVER :
(Il respire dans son cou, tandis qu’une voix robotisée émane de plusieurs haut-parleurs.)
« Je te pensais moins idiote. »

ANNABELLE :
(Elle renifle son parfum à la vanille et répond, d’une mine dégoûtée.)
« Et je croyais que tu étais bien loin.
Comme quoi, je ne suis pas la seule à me tromper. »

Silver se met face à ses victimes.
Laetitia s’attarde sur la silhouette de son agresseur, mais surtout, aux singularités de son costume.

Il est intégralement vêtu de noir, à l’exception de ses gants, qui sont argentés.
La jeune femme remarque ses yeux, d’un gris translucide, malgré qu’ils soient dissimulés derrière un masque en plastique blanc.

Silver réalise que Laetitia l’examine, c’est alors qu’il porte son attention sur elle.
Celle-ci, effrayée par sa présence, s’empresse de tourner sa tête en direction de ses amies.

SILVER :
(Il sort une télécommande de la poche de son pantalon.)
« Vous avez deviné que nous allons jouer.
N’est-ce pas ? »

NATHALIE :
(Elle s’effondre en larmes.)
« Par pitié Silver… »

SILVER :
(Une légère pause s’installe, tandis qu’une voix robotisée sort des hauts parleurs du bunker.)
« Je ne suis pas réceptif à l’émotivité.
Plus encore, quand je m’énerve, il est difficile de me raisonner.
Nathalie, tu ne souhaites tout de même pas me mettre en colère ? »

MELISSA :
(En espérant qu’il oublie Nathalie.)
« Qui est en jeu ? »

SILVER :
(La voix robotisée annonce.)
« Très bonne question.
Cette fois, vous jouez pour Élise. »

Silver agite la télécommande qu’il tient dans sa main droite et actionne un bouton.
Derrière lui, un écran s’allume, alors qu’Annabelle et ses amies s’exclament de stupeur.

À l’écran, elles découvrent qu’Élise est enfermée dans une immense cage à oiseau.

SILVER :
(Il désigne l’écran.)
« Votre tendre Élise se trouve dans une cage électrifiée.
Si vous gagnez cette partie, la cage s’ouvrira, ce qui lui donnera la possibilité de s’évader. Je ne dis pas qu’elle peut y arriver, mais au moins, vous lui laissez une chance.
C’est plus que généreux, vous ne trouvez pas ? »

LAETITIA :
(N’en croyant pas ses yeux.)
« Et si on perd ? »

SILVER :
(De sa voix robotisée.)
« La cage sera mise en circuit. »

LAETITIA :
(Elle réagit spontanément.)
« Comment ça en circuit ? »

ANNABELLE :
(Elle scande, avec évidence.)
« Il va l’électrocuter ! »

Laetitia lance un regard horrifié à Annabelle, imitée par Mélissa et Nathalie.
Silver range la télécommande et se décale légèrement sur la droite.

SILVER :
(Il désigne de nouveau l’écran.)
« Les règles vont bientôt être annoncées et vos cagnottes seront actualisées en conséquence.
Soyez attentives. »

Comment réagir lorsque votre liberté est en péril ?
Lorsque vous n’avez qu’un seul choix, celui de vous soumettre aux exigences d’autrui ?

Garderiez-vous de l’optimisme, telle Laetitia ?
Seriez-vous du genre à vous rebeller, comme Annabelle ?

À ce moment précis, Mélissa et Nathalie savent pertinemment qu’elles n’ont pas d’autre option. Qu’elles le veuillent ou non, elles n’ont plus qu’une chose à faire pour s’en sortir.

Entamer une nouvelle partie, garder leur sang-froid, mais surtout ?

Jouer coûte que coûte.


Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, function 'play_output_term' not found or invalid function name in /home/mdshapc/www/wp-includes/class-wp-hook.php on line 307

3 Commentaires

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videMDSH Store