1.2 | Une seule minute

Temps de lecture : 1 minute

Je reviens dans une minute, il faut simplement que je me change.
J’ai une poussière au coin de l’œil, une confidence qui me démange.

Je suis resté indifférent, j’ai gardé mon silence.
J’en ai eu assez qu’on dicte ma norme, de jongler entre l’indéniable et la clémence.

Pourrais-je avoir une trêve, s’il vous plait ?
Je voudrais décharger mes commentaires, apaiser mes nerfs, dévoiler comme je lui déplais.

Pourrait-il m’offrir du répit, de l’amabilité ?
Une perspective sur mon mélodrame, un souffle d’optimisme sur mon absence d’impartialité.

J’ai fermé la porte, avant de m’avachir à même le sol.
J’aime me débattre, malgré cela, je cherche une excuse pour abandonner.

J’utiliserai la première embuscade, telle une camisole.
Une narrative qui, sûrement, m’amènera à m’affranchir, à détonner.

N’ai-je donc pas de volonté ?
De détermination ?

J’entends qu’on m’appelle, me précipite, on m’incite à me réguler.
Pourrais-je avoir un moment pour moi-même, une seconde de répit, sans être bousculé ?

Je serai prêt d’ici peu.
Il faut que je replace mes cheveux, que je dissimule ma sensibilité, que je prétende être heureux.

Brusquement, je me relève. Frénétique et affolé.
J’attrape un tissu pour effacer les preuves, je parviendrais presque à me consoler.

Ce n’est pas de l’ingratitude, si une révélation me démange.
C’est une poussière qui s’empare de mon œil, des caractéristiques qui dérangent.

Il me faudra une seule minute pour le convaincre que je me retiens.
Quelques secondes pour rassembler mon courage, refouler tout ce que je contiens.

9 Commentaires

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videMDSH Store