1.1 | Comme une poupée

Temps de lecture : 1 minute

Je dissémine un fou-rire trompeur, dépourvu de rythmique.
Il suffit d’afficher toutes mes dents, déployer une sophistique, du baratin à tout bout de champ.

Au premier abord, la situation est si lisse qu’on ne décèle pas le moindre défaut.
La famille parfaite, celle que l’on voit dans des publicités pour de la lessive ou des bibelots.

Comme une poupée, je demeure expédient, je suis propice à coiffer.
Mon père mijote la recette idéale, pour donner l’illusion que tout est sous contrôle, que nous sommes dans un conte de fée.

Ma mère pose esthétiquement pour garnir nos albums photos.
J’appréhende le spectacle habituel, mon grand frère opte pour une conduite exemplaire, pendant qu’ils s’unifient au grand lever de rideau.

Je suis malléable, je suis obligeant.
Je m’accorde à l’encadrement plastifié, je me rends transparent.

J’altère un millier de travers, avec une tonne d’artifices.
Je souris inlassablement, j’extrapole la texture de mes expressions, je contribue à l’édifice.

Un décor articulé, des conflits accessoirisés.
Je retiens ma respiration, cligne des yeux et nous voilà, immortalisés.

Un, deux, trois, une rafale enclenchée.
Je suffoque face à cette mise en scène, puis-je m’en échapper ?

8 Commentaires

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videMDSH Store